Edito Août 2019

 Le mois d’août est attribué au Cœur Immaculé de Marie. On se souvient des apparitions de la           Très Sainte Vierge Marie à Ste Catherine LABOURE en 1830 à Paris. La Mère de Dieu se présente de manière à faire frapper une médaille, que l’on appellera par la suite la Médaille Miraculeuse.                                   
Au verso, Sainte Catherine voit, non plus la Vierge, mais les deux cœurs unis de Jésus et de Marie,     surmontés d’un « M » et de la Croix. Le cœur de Marie est transpercé d’un glaive. Souvenons nous de la prophétie de Siméon dans l’évangile : « Toi-même, un glaive te transpercera le cœur ».

La Sainte Vierge est bien la reine des martyres, mais sa propre souffrance au pied de la Croix de son enfant sera toute intérieure. Elle conservera donc son cœur de Mère.                                                      
Pourquoi « immaculé » ?  Nous sommes avant la proclamation par Pie IX du dogme de l’Immaculée Conception, mais sur le recto de la future médaille, Sainte Catherine avait vu la Sainte Vierge entourée d’une prière : « Oh Marie, conçue sans péché, priez pour nous, qui avons recours à vous ».                              
L’association des deux faces nous indique que le cœur de Marie est donc immaculé, comme elle-même, depuis le jour de sa conception. Ainsi l’amour maternel de Marie pour Jésus, mais aussi pour nous est parfaitement chaste, totalement dépourvu de toute recherche de soi et du désir de mettre la main sur la personne aimée. Cet amour, semblable à celui de Dieu, nous laisse donc vraiment libre de notre réponse.   

 A FATIMA, la Sainte Vierge demandera au pape de consacrer la Russie et le Monde à son cœur    immaculé. Cette évocation de son cœur souffrant, aimant et totalement immaculé est explicite : cette fois-ci, nous sommes en 1917, année de la révolution d’octobre.

Et Saint PIO dans tout celà ?                                                                                                           
Notre saint ami du Ciel a toujours eu une dévotion touchante pour la Vierge Marie, qu’il appelait  familièrement sa petite maman. Celle-ci le soutenait dans son combat spirituel, parfois directement contre les démons. Elle l’aidait aussi dans son ministère auprès des pénitents, pour que St PIO soit assisté dans    son rôle de confesseur. La Sainte Vierge lui indiquait parfois les péchés omis. Elle voudrait tant, en effet, que notre cœur devienne semblable au sien.                                 

Nous savons donc quoi faire pour cela…                            
                                                                                                  Abbé Pierre-Marie VERHEGGE,
                                                                                                  Assistant Spirituel  

Laisser un commentaire