Edito de février 2021

Le mois de février est le plus court de l’année, c’est un enseignement en soi. Le 17ème jour, nous entrerons dans le carême : temps par excellence de la conversion. Si nous combinons les deux : la brièveté du mois et le début du carême, le message est clair. La conversion c’est maintenant.

Jésus, lorsqu’il appelle quelqu’un, il attend de lui une réponse immédiate, nous le voyons et sans équivoque, lors du choix des apôtres par exemple. A quelle conversion, à quel pas supplémentaire devrions nous réfléchir dans notre vie spirituelle, pour répondre à la demande urgente du Christ. En effet, le Seigneur peut revenir en gloire aujourd’hui, ou bien c’est moi qui suis convoqué à le rencontrer sans délai, si ma dernière heure devait avoir lieu aujourd’hui. Il s’agit d’être prêt.

Le 20 septembre 1918, le Padre Pio recevait les stigmates visibles devant le crucifix de l’église, à l’endroit où il avait l’habitude de prier avec ses frères. Ce don magnifique, mais aussi terrible, il le reçut pour 50 ans, jour pour jour, au cours d’une extase, sans avoir le temps de réaliser, ce qui lui arrivait. Dieu agit toujours dans l’imprévu de nos vies. Il vient nous visiter sans prévenir. Il ne prend pas rendez-vous en consultant son agenda. Il sait que son heure est aussi la nôtre.

 Si cela peut se faire (sauf en cas de confinement), nous nous retrouverons le 18 février prochain. Ce sera à la fois, le lendemain du mercredi des Cendres et la mémoire de Ste Bernadette Soubirous. Elle aussi sera surprise de sa rencontre avec la Dame du rocher de Massabièle, un lieu insalubre à l’époque, tout à fait improbable pour la Reine du Ciel, avec cette toute jeune ado de la famille la plus pauvre de Lourdes. Bernadette n’avait pas été préparée. Avec un courage disproportionné par rapport à son âge, avec des obstacles que le diable et les hommes s’ingéniaient à déposer sur son chemin. Elle viendra à chaque rendez-vous, que la Dame lui donna.

Soyons donc prêt, convertissons-nous et croyons à la Bonne Nouvelle.

Abbé Pierre-Marie VERHEGGE

Laisser un commentaire