Edito Novembre 2020

Confinement et sainteté

Confinement oblige, notre rencontre du 12 prochain n’aura pas lieu. Ceci dit, le mois de novembre demeure celui de la prière pour nos frères et sœurs défunts, que nous confions à la miséricorde divine. Le but étant qu’ils sortent le plus tôt possible du Purgatoire et entrent dans la gloire de Dieu.

Nous ne devons pas oublier non plus, que le 1er est la solennité de Toussaint. Nous ne commençons donc pas par la commémoration devant le Seigneur de nos chers défunts, mais par l’invocation des saints et des saintes, qui sont déjà parvenus au but et de nous réjouir avec eux de la Victoire du Christ dans leur personne. Parmi cette foule immense dont parle l’Apocalypse, et qui ont lavé leur robe dans le sang de l’Agneau, nous comptons bien sûr notre cher St Pio. Nous savons que son chemin de sainteté ne fut pas semé sur terre de roses, mais bien plutôt d’épreuves afin d’être totalement configuré au Crucifié.

Aujourd’hui sainteté et martyre sont encore souvent synonymes. Nous pensons, par exemple, aux trois personnes à Nice qui viennent de mourir sous le poignard d’un jeune musulman bien mal endoctriné. Il n’est pas douteux, que ce fut en haine de notre foi. Ces trois martyres vivront avec tous les saints et saintes qui les ont précédés le bonheur du Ciel, tandis qu’ils recevront notre prière fervente de demande d’intercession durant la messe, alors que nous cheminons encore en ce monde.

Justement, ici-bas les messes de la Toussaint et ensuite de la commémoration des fidèles défunts, seront sans doute les dernières célébrations communes, avant au moins un mois. Et si notre vœux à la sainteté se réalisait un peu plus dans l’appel au désert que peut supposer pour nous le confinement ? Nous apprendrions à demeurer seul avec le Seul, en consacrant plus de temps et de profondeur à notre prière. Ainsi confinement et sainteté pourraient s’unir pour la  même cause.

Abbé Pierre-Marie VERHEGGE

Laisser un commentaire